Vendeurs, vendeuses, êtes-vous là pour rester?

Bonne question, non?

Et il y a de quoi se la poser! Avec tous les changements technologiques auxquels on fait face, vous êtes beaucoup à vous demander si la carrière de vendeur (euse) au détail, tous secteurs confondus (voitures, meubles, vêtements, aspirateurs, tiens!) est encore viable en 2017.

Vous le savez, j’œuvre dans le milieu de la vente depuis de nombreuses années et je peux vous dire que le paysage s’est effectivement grandement transformé. De là à dire que nous sommes une espèce en voie d’extinction, je ne suis pas du tout prêt.

Bah, possible que bien des détracteurs le croient, tout comme ceux au début du siècle qui ont prédit que la radio allait tuer les journaux, que la télé allait faire mourir la radio et le cinéma et que le Web était la fin de la télé. À ce que je sache, tous ces médias sont encore là et moi aussi d’ailleurs. Et je ne suis pas sur le point de partir!

Oui, chaque exemple mentionné a eu un impact majeur sur nos us et coutumes.

Toutefois mes chers, on appelle ça l’évolution!

Un métier en transformation

Les vendeurs existent depuis des décennies et ils seront toujours au cœur de l’économie. Ça, je n’en ai aucun doute! Là où il y a une évolution, c’est au niveau de leur rôle. Il a beaucoup changé depuis les cinq dernières années. Le Web a révolutionné les comportements d’achats des consommateurs. L’accès facile à des tonnes d’informations aide ceux-ci à faire des choix plus avisés.

« Mais Pierre-Michel, et tous ces magasins de détail qui ferment boutique? »

Ça vous effraie? Pas moi, car je ne suis pas du tout surpris! Les Sears de ce monde disparaissent du paysage, parce qu’au fil des ans, ils ont délaissé leurs salles d’exposition et abandonné le service à la clientèle. Sans compter qu’ils ont entamé le virage numérique beaucoup trop tard. Ils n’ont pas suivi le courant, voilà ce qui arrive!

Les entreprises de détail qui survivront seront celles qui vont concentrer leurs efforts à offrir une expérience d’achat qui va AU-DELÀ de la moyenne. Et quelle sera la pierre angulaire de cette expérience? Le vendeur, bien sûr!

Des consommateurs pressés

Le consommateur d’aujourd’hui n’a pas de temps à perdre.

Il recherche plus de rapidité dans ses démarches puisqu’il est en mesure de récolter la grande majorité des informations dont il a besoin sur le Web. Il veut un processus rapide, efficace et en accord avec ses questionnements, besoins et attentes.

Il est exigeant, soyez avertis!

Oh et ce n’est pas fini. Il a des attentes envers vous! Ce qu’il recherche chez son vendeur? De l’authenticité par la transparence dans les échanges, de l’expertise avec des réponses claires et précises à ses questions ainsi que du professionnalisme de par un comportement courtois, amical et à l’écoute. Rien que ça!

Mieux vaut vous y mettre tout de suite si vous voulez le satisfaire, car ces éléments sont gage de succès pour toute organisation.

Alors, pensez-vous être sur le point d’être remplacé par des « tours » comme chez Mc DO?

Je doute fort qu’elles arrivent à combler le client d’aujourd’hui!

L’expérience humaine, partie!

Pour clouer le bec à tous ceux qui pensent nous voir disparaître tranquillement, je vous dirai qu’aucune technologie ne pourra jamais remplacer l’échange d’humain à humain. 

Toute interaction entre un vendeur et un client crée une réaction personnelle à chaque individu. La même expérience peut s’avérer positive pour l’un, mais négative pour l’autre. En fait, une même personne peut également vivre la même expérience positivement à un moment donné et négativement à un autre.

De cette expérience humaine émanera un sentiment de satisfaction ou à l’inverse se transposera en mauvaise référence sur les médias sociaux !

Alors, croyez-moi quand je vous dis que le vendeur doit placer le client au centre de ses activités.

Ah et pour répondre à ma question initiale : je vous dis un retentissant oui ! Absolument ! Plus que jamais, dans une société de plus en plus dépersonnalisée par toutes sortes d’applications qui me disent combien de pas je marche, comment choisir mon resto ou quand nourrir mes poissons rouges ! La relation entre client et vendeur devrait être au centre des priorités des toutes les organisations. Point.

Bien sûr, pour être en accord avec la réalité d’aujourd’hui et la nouvelle génération de vendeurs qui arrive, il faut revoir l’encadrement, les tâches, la formation, le coaching, les horaires et les plans de rémunération si nous voulons non seulement attirer, mais aussi garder les bonnes personnes pour combler ces positions prééminentes.

Quant à McDo…je me permets une petite recommandation: ne devriez-vous pas plutôt vous préoccuper de vos menus? Même les jeunes commencent à vous délaisser et vos anciens clients fidèles (comme moi-même, soit dit en passant) s’adonnent à la marche, au vélo et à la salade verte, car nous faisons de la haute pression et sommes diabétiques!

Fil Facebook

Commentaires

Publié par Pierre-Michel Bazire

Laisser un commentaire